Pages personnelles d'Alain Caraco

Bertrand Calenge, le "panbédépiste"

1er octobre 1987. Agé de 26 ans, je prends la direction de la bibliothèque centrale de prêt1 (BCP) de la Moselle avec, pour tout bagage, une année de formation à l'ENSB, la lecture de quelques livres sur le management et mon expérience d'utilisateur de bibliothèque publique en milieu urbain. Je reçois mon premier ordre de mission une quinzaine de jours après, pour participer à l'assemblée générale constitutive de l'Association des directeurs de BCP (ADBCP), à Bourg-en-Bresse.

C'est là que je rencontre Bertrand Calenge, directeur de la BCP de Saône-et-Loire. Agé d'une petite dizaine d'années de plus que moi, il est déjà riche de l'expérience de trois BCP et porteur d'une vision d'une clarté surprenante. Son discours est limpide : les BCP ont été decentralisées depuis le 1er janvier 1986 et le rôle du Ministère de la Culture va décroître au profit de celui des conseils généraux, ce qui inquiète les personnels2. Pour faire face aux enjeux de la lecture publique en milieu rural et périurbain, nous devons nous prendre en charge collectivement. La présidente de l'ABF de l'époque, elle-même directrice de BCP, essaie de nous en dissuader3, mais une large majorité se dégage pour la création de l'ADBCP4. Cette association fut un formidable bouillonnement de créativité et un chaleureux lieu d'entraide, une véritable école pratique et théorique pour les nouveaux directeurs de BCP et un lieu de formation continue pour les anciens.

Avec son modèle de recueil de statistiques des bibliothèques et relais de lecture de son réseau, Bertrand Calenge était un des tous premiers à avoir compris que c'est l'ensemble du réseau départemental de lecture publique qu'il fallait évaluer, et non uniquement l'activité de la seule BCP. Nous travaillâmes à partir de ses réflexions et la culture d'évaluation se répandit dans les BCP. Pour pallier le manque de réactivité des statistiques officielles, nous publiâmes le Guide des BCP 1990, premier d'une longue série. Bertrand fut un pionnier des bibliothèques intercommunales rurales. Il créa la Télédocumentation, un système de questions réponses à distance, par minitel, prototype du Guichet du Savoir, qui put prendre sa pleine mesure quelques années plus tard, grâce à internet et à la puissance de la BM de Lyon. Il s'engagea fortement pour la formation des agents du réseau, principalement bénévoles. Bertrand consigna sa vision et son savoir-faire dans Les petites bibliothèques publiques. Son premier ouvrage dans la collection Bibliothèques, au Cercle de la librairie, allait être suivi de nombreux autres.

Probablement perçu comme une force de proposition un peu trop encombrante, Bertrand Calenge fut appelé à la Direction du Livre et de la Lecture, comme chef du Département des Bibliothèques et de la Lecture. Nous avons alors eu collectivement le sentiment que c'est l'ADBCP qui entrait au ministère. La réforme des statistiques des bibliothèques publiques, qu'il mit en oeuvre au début des années 1990, s'inspira largement des travaux de l'ADBCP.

Nous plaisantions parfois de son "panbédépisme" : un SCD avec une BU qui coordonne des bibliothèques associées ou une tête de réseau documentaire d'IUFM pilotant des antennes départementales n'étaient finalement pour lui que d'autres formes de BDP !

Un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle, dit-on en Afrique. Bertrand était bien trop jeune pour être qualifié de vieillard, mais il a laissé une oeuvre sous forme de livres et d'articles imprimés, ainsi que sur son blog, dont j'espère qu'on pourra assurer la conservation, tout comme celle de ses nombreuses photographies publiées en ligne. Seul l'homme restera irremplaçable.

Alain Caraco
conservateur général des bibliothèques
ancien directeur des bibliothèques départementales de la Moselle, de la Savoie et de la Haute-Savoie

1 Ancien nom des bibliothèques départementales de prêt (BDP) avant la loi 92-651 du 13 juillet 1992

2 Quelques années plus tard, le passage à l'autonomie des universités issu de la loi 2007-1199 du 10 août 2007, qui généra les mêmes inquiétudes pour les personnels, avait pour moi un air de déjà vu.

3 En 2002, j'étais, avec quelques collègues à l'initiative de la création de l'ADBGV. Le représentant de l'ABF, lui même directeur de BMC, vint à l'AG constitutive pour tenter de nous en dissuader. Ayant le sentiment de revivre la même histoire, il me fut assez facile d'entraîner la majorité à passer outre. Quelques années plus tard, je fus satisfait de voir que l'ABF considérait d'ADBDP et l'ADBGV comme des associations partenaires.

4 L'ADBCP prendra naturellement le nom d'ADBDP quelques années plus tard, lorsque les BCP deviendront les BDP.

Accueil | Haut de la page | Dernière mise à jour le 29 janvier 2016 | http://alain.caraco.free.fr